1. SeaFrance : qui a peur de la SCOP ?

    Depuis le 15 novembre, la direction de SeaFrance a décidé de suspendre l’exploitation de la société et de laisser les quatre navires de la compagnie à quai. Le 16 novembre, le Tribunal de commerce de Paris a rejeté deux offres de reprise. La première venait de DFDS, opérateur danois, qui envisageait 420 nouvelles suppressions d’emplois sur un effectif de 876. La seconde venait de la CFDT, Syndicat majoritaire dans l’entreprise. Il s’agissait d’une reprise de l’entreprise sous forme de SCOP qui permettait le maintien de la totalité des emplois. read more »

  2. Michel Pablo

    Michel Pablo est le pseudonyme sous lequel Michel Raptis est le plus connu. Grec, né à Alexandrie en 1911, il meurt en février 1996 à Athènes. Etudiant à l’Ecole polytechnique d’Athènes, il s’engage en 1928, dans le mouvement ouvrier par le groupe des « archeo-marxistes », s’inscrivant dans « l’opposition de gauche internationale» trotskyste, qui devient IVème internationale en 1938. read more »

    Theorists: 
  3. SeaFrance reprise par ses salarié-es ?

    Après le dépôt de bilan de SeaFrance en juin 2010, la compagnie de ferries trans-Manche Calais-Douvres se trouve face à une alternative : le rachat de la société par DFDS, opérateur danois qui démantèlera encore plus l’entreprise pour récupérer ses actifs les plus rentables au mépris des personnels ou la reprise de l’entreprise par ses salarié-es sous forme de SCOP. read more »

  4. Pannekoek: un conseilliste autogestionnaire ?

    Scientifique et écrivain marxiste né en Hollande en 1891, Anton Pannekoek a été l’une des figures de la gauche radicale en Hollande et en Allemagne, ainsi que de la IIéme internationale. Astronome et mathématicien reconnu, il a également donné son nom à un institut d’Astronomie de l’Université d’Amsterdam.

    Opposé à la première guerre mondiale, il est proche de Rosa Luxembourg, très critique de Lénine et de la confiscation de la Révolution russe aux soviets par le parti Bolchévik.
    read more »

  5. Mondragón

    Des dizaines de milliers de travailleurs qui dirigent et coordonnent leurs entreprises : c’est possible.

    Le groupe Mondragón Corporacíon, basé au Pays basque, est une organisation unique au monde. Composé d’environ 120 coopératives dirigées par leurs travailleurs et coordonné par une direction démocratiquement élue, ce groupe a connu une progression insolente depuis sa création dans les années 50. En l’espace de 10 ans, ce groupe coopératif a quasiment doublé le nombre de ses travailleurs, passant de 42 861 en 1999 à 85 066 en 2009. read more »

  6. La Libération et les entreprises sous gestion ouvrière

    Pendant plus de trois ans, de septembre 1944 à 1948, quinze entreprises parmi les plus importantes de la région de Marseille vécurent une expérience exceptionnelle. Sous la houlette de « directions provisoires » et de « comités de gestion » représentant le personnel, plus de 14000 salariés de ces établissements réquisitionnés par Raymond Aubrac, Commissaire régional de la République à Marseille, remirent en route la production dans les jours suivant la Libération du pays. Cette « gestion ouvrière », ainsi nommée par les militants locaux de la C.G.T. read more »

  7. Produire de la richesse autrement

    Ouvrage collectif du CETIM

    Usines récupérées, coopératives, micro-finance…

    les révolutions silencieuses

    Quel point commun y-a-t-il entre les militantes du Cercle d’auto promotion pour un développement durable au Bénin, les piqueteros d’Argentine, les activistes du mouvement social de micro-épargne Nigera Kori au Bangladesh, les socios des coopératives Mondragon en Espagne, les ouvriers de l’usine récupérée Zanon en Argentine… ? read more »

  8. Pour un communisme libéral – Dominique Pelbois

    Avec ce titre pour le moins surprenant, Dominique Pelbois nous livre ici un texte d’une richesse extraordinaire au moment où la crise financière apparaît comme étant celle de notre système économique tout entier, crise qui pose avec acuité la question de l’après-capitalisme. S’inspirant, entre autres, de diverses citations de Karl Marx, celui-ci décrit et propose une société d’appropriation collective du capital qui évite un centralisme étouffant toute initiative, d’où cette mention du qualificatif « libéral » apposé à celui de « communisme ». read more »

Syndiquer le contenu