Conseil ouvrier

Correspondance Castoriadis - Pannekoek (1953-1954), deuxième lettre: Réponse au camarade Pannekoek

Votre lettre a procuré une grande satisfaction à tous les camarades du groupe ; satisfaction de voir notre travail apprécié par un camarade honoré comme vous l’êtes et qui a consacré toute une vie au prolétariat et au socialisme ; satisfaction de voir confirmée notre idée d’un accord profond entre vous et nous sur les points fondamentaux ; satisfaction enfin de pouvoir discuter avec vous et d’enrichir notre revue avec cette discussion.  read more »

Correspondance Castoriadis - Pannekoek (1953-1954): Première lettre de Pannekoek à Castoriadis

Cher camarade Chaulieu,

Je vous remercie beaucoup pour la série des onze numéros de Socialisme ou Barbarie que vous m'avez donnés, par l'intermédiaire du camarade B… Je les ai lus (bien que non encore terminés) avec un extrême intérêt pour la grande concordance de vues qu’ils révèlent entre nous. Vous avez probablement fait le même constat à la lecture de mon livre Les Conseils ouvriers. read more »

Vive le 生産 管理 (seisan kanri) !

En 1945, le Japon impérial est écrasé. Le pays est mis sous la coupe réglée des Américains et un semblant de démocratie se reconstruit. Le peuple japonais vient de sortir de plusieurs décennies d’un régime autoritaire et militariste. Un puissant désir de libération politique et sociale soulève le pays. Entre avril et mai de la même année, on recense 110 luttes pour le contrôle de la production (seisan kanri) par les travailleurs. read more »

Tchecoslovaquie 1968 : le printemps des conseils de travailleurs

La dynamique ouverte par le « Printemps de Prague » en 1968 était bien celle d’une authentique émancipation politique et sociale. Au sein même des entreprises commençaient à se développer des « conseils d’entreprise » ou « conseils de travailleurs », qui prirent leur essor après l’intervention des troupes du Pacte de Varsovie le 21 août. read more »

Entre public et privé, vers un nouveau secteur socialisé – Tony Andréani

Dans cet ouvrage d’ économie-fiction Tony Andréani imagine un secteur « socialisé » à base autogestionnaire, afin d’inspirer un éventuel gouvernement de gauche. Ce secteur socialisé serait distinct du secteur public, en s’appuierait sur un système de financement original destiné à pallier le problème du sous-financement des coopératives de production, tout en garantissant une véritable démocratie d’entreprise.

  read more »

La Libération et les entreprises sous gestion ouvrière

Pendant plus de trois ans, de septembre 1944 à 1948, quinze entreprises parmi les plus importantes de la région de Marseille vécurent une expérience exceptionnelle. Sous la houlette de « directions provisoires » et de « comités de gestion » représentant le personnel, plus de 14000 salariés de ces établissements réquisitionnés par Raymond Aubrac, Commissaire régional de la République à Marseille, remirent en route la production dans les jours suivant la Libération du pays. Cette « gestion ouvrière », ainsi nommée par les militants locaux de la C.G.T. read more »

Syndiquer le contenu